de services

Annuaire des commerces

bibliothèque municipale

paiements

Les menus

spectacles

état civil

piscine

déchets

cinéma

pharmacies de garde

météo

transports

accueil > actualité

Patrimoine

Les remparts : 2 ans de travaux débutent

La Ville de Provins poursuit la restauration de ses remparts.

 

Si une première enceinte protégeait déjà au XIIe le châtel de Provins, qui englobait alors le donjon, la collégiale Saint-Quiriace et le palais comtal, l’histoire des fortifications de la cité s’est construite en même temps que son expansion, au fur et à mesure que le pouvoir du Comté de Champagne et de Brie grandissait, pour affirmer et défendre son autonomie face au pouvoir royal, mais aussi pour protéger les foires qui s’y déroulaient.

 

Plus de 8 siècles d’histoire

Plusieurs siècles furent nécessaires à leur édification, l’ensemble subissant des modifications jusqu’au XVIe siècle. Les enceintes fortifiées de Provins ont été parmi les plus imposantes de France avec pas moins de 5 km de remparts, faisant par endroits plus de 25 mètres de hauteur.

A partir du XVIIIe siècle, l’utilité des remparts n’est plus avérée et leur entretien s’arrête. Ils deviennent, par endroits, de véritables carrières de pierres servant à construire ou à reconstruire des habitations.

On peut encore imaginer aujourd’hui le tracé complet de ces fortifications en longeant les boulevards d’Aligre, Pasteur, du Général Plessier, du Grand Quartier Général, Carnot et Gambetta où subsistent ici et là quelques vestiges.

C’est ce même tracé qui délimite le périmètre du classement de Provins au Patrimoine mondial de l’UNESCO.

Il subsiste aujourd’hui 1 200 mètres de remparts, essentiellement autour de la ville-haute avec les deux portes (Saint-Jean et de Jouy) et une vingtaine de tours aux formes multiples, qu’elles soient rondes, rectangulaires, en amande, octogonales, hexagonales ou encore trapézoïdales.

Provins reste l’un des plus beaux exemples de fortification urbaine, à l’égal de Carcassonne ou d’Aigues-Mortes.

Les remparts situés entre le trou au Chat et la tour aux Pourceaux ont été classés au titre des Monuments historiques en 1875, ceux allant de la tour aux Pourceaux à la tour du Bourreau, ainsi que la courtine reliant la tour César à la tour aux Anglais l’ont été en 1942 et les murs du Bourg Neuf et des Brébans en 1992.

Joyaux de l’architecture médiévale Mais il aura fallu attendre 1983 et l’effondrement d’une courtine pour mettre en évidence la fragilité de ce joyaux de l’architecture militaire médiévale et la nécessité de préserver ce patrimoine unique.

La remise en état des remparts de Provins a suivi alors un processus complexe qui a tenu compte tout autant d’un programme raisonné et établi dans les études de 1987 et 1988 que des urgences techniques qui se sont régulièrement imposées.

Une première campagne de restauration aidée par l’Etat a vu le jour en 1988 permettant de restaurer la porte de Jouy ainsi que quelques tours et courtines attenantes.

La Ville de Provins a donné un coup d’accélérateur à sa politique patrimoniale en signant une convention avec l’Etat pour la remise en état progressive de ses monuments en 2004. Grâce à cette convention, à laquelle se sont joint la Région et le Département, une grande partie des remparts a été restaurée de même que l’ensemble monastique de Saint-Ayoul. D’autres opérations ont été menées comme la restauration de la tour Notre Dame du Val ou les couvertures des tourelles de la tour César.

La Ville de Provins a décidé de poursuivre la restauration et la mise en sécurité de ces fortifications dont l’entreprise avait été ralentie du fait de l’importance et de l’urgence des travaux entrepris sur le chevet de Saint-Ayoul.

Cette fois, c’est la partie émergente des remparts localisée entre les tours G et J qui va être concernée.

Conformément à l’étude de 1988, les maçonneries seront reprises selon leur dernière disposition raisonnée datant de l’époque classique. Les parapets des courtines seront remontés jusqu’à leur niveau ancien avec restitution du couronnement sur les parties percées de postes de tir, les parties en forme de brèche étant consolidées avec remontage du niveau bas pour former garde-corps. Le chemin de ronde sera rendu accessible au public et sécurisé par un garde-corps intérieur.

Cette restauration est réalisée dans le cadre de la convention signée entre l’Etat et la Ville de Provins pour la remise en état progressive de ses momuments. Elle représente un coût de 1 717 600 € hor s taxes, avec une prise en charge de l’Etat de 50 %, de la Région de 10 % et du Département de 20 %.

14/06

Luc Arbogast / concert

15/06 & 16/06

Les Médiévales

20/06

Présentation de saison

06/07

Les Lueurs du Temps

20/07

Les Ripailles de St Ayoul

© Ville de Provins / 2017 / Tous droits réservés

Ville de Provins

5, place du Général Leclerc – 77160 PROVINS

Tél.: 01 64 60 38 38

Adresse postale: CS 60405 – 77487 PROVINS Cedex

Nous contacter / Voir les horaires